Un rapide coup d’oeil sur le workflow pour Lightroom Through The Woods de Sleeklens

J’ai été contacté récemment par la responsable des relations publiques de Sleeklens, me demandant si j’accepterais de tester et passer en revue leur workflow Through The Woods. La proposition était que je teste leur workflow de manière honnête, sans influence.
Comme c’était déjà le cas auparavant (voir mon article sur l’impression chez zor.com), c’est ce qui m’a décidé à accepter la proposition.
Voici donc mes premières impressions au sujet des presets (paramètres prédéfinis) et brosses Through The Woods.
Pour illustrer cet article, j’ai utilisé quelques images prises lors d’un des mes voyages dans le nord de l’Aragon (Espagne) et dans les Pyrénées françaises.
Continue Reading…

Comment j’imprime mes images (2ème partie)

Comme je l’ai mentionné dans la première partie, cet article est resté dans mon dossier de brouillons pendant pas mal de temps déjà. Les prix qui y sont mentionnés ont donc probablement changé entretemps.

Après mon article précédent à propos de l’impression de mes photographies chez Authentic, je me suis dit qu’il serait intéressant de décrire mon expérience avec un nouveau-venu sur le marché de l’impression de photographies en Belgique (et en France). Zor.com est un nouvel imprimeur Internet, spécialisé dans les impressions directes sur différents types de panneaux et dans un nombre relativement limité de tailles. Là où ils diffèrent des nombreux autres imprimeurs présents aujourd’hui sur Internet, c’est par leur prix, étonnamment bas comparé à leurs concurrents.
Ils impriment sur Dibond, verre acrylique, forex, carton et toile.
Continue Reading…

Comment j’imprime mes images (1ère partie)

J’ai écrit cet article (et sa 2ème partie) il y a déjà quelque temps mais ne l’avais pas encore publié. Le voilà enfin. Tenez compte du fait que les prix mentionnés ont probablement changé entretemps, bien sûr.

Voilà déjà quelque temps que je voulais écrire un article à propos de mon expérience d’impression des mes images pour mes expositions. Comme j’avais promis récemment d’écrire davantage sur des tests de matériels ou de techniques, j’ai pensé qu’il serait intéressant de commencer par la partie de mon processus de travail qui est la plus visible pour le spectacteur final.
Cet article est une première partie où je décris mon expérience d’impression chez mon imprimeur favori. Une deuxième partie sera bientôt disponible, avec mon test d’une autre société d’impression.

Pour ma toute première exposition, il y a quelques années (Les Intrigantes), j’étais encore très optimiste (naïf ?) et pensais que je pourrais obtenir un bon résultat en imprimant mes images via l’un des nombreux fournisseurs grand public de tirages sur Internet disponibles aujourd’hui. J’étais convaincu que le prix serait bas et espérais que la qualité serait suffisante pour satisfaire mon besoin de la qualité la plus élevée possible.
J’aurais dû m’en douter; ce n’était pas le cas. Pour ce premier essai, il a finalement fallu que j’envoie mes photographies en parallèle à deux fournisseurs Internet pour obtenir un résultat approchant seulement un peu ce que j’attendais. Certains tirages étaient trop rouge, d’autres trop vert, et aucun ne s’approchait des couleurs que je voyais sur mon écran calibré. Une expérience finalement plutôt coûteuse et très loin de la qualité élevée que je recherchais. Je me suis donc tourné vers un imprimeur de meilleure qualité pour obtenir ce que je cherchais.
Continue Reading…

Importation de la banque de données de Picasa vers Lightroom

Cet article a traîné longtemps dans mon dossier de brouillons. Le voici enfin publié !

Après l’annonce de Google que le développement de Picasa (version Desktop) serait arrêté, de nombreuses personnes recherchent une alternative pour remplacer Picasa sans perdre leurs albums, mots-clés,…

Bonne nouvelle pour ceux qui utilisent Picasa Desktop pour gérer leur bibliothèque d’images et veulent passer à Lightroom : mon plugin Lightroom to Picasa Importer est à présent disponible.
Vous avez peut-être vu mon article précédent à propos de ma procédure pour convertir les albums de Picasa Desktop en collections Lightroom. Bien que cela fonctionnait, je trouvais que cette méthode était lourde et compliquée et je voulais trouver une manière plus facile d’effectuer la conversion. Donc, après beaucoup de recherches d’informations sur la structure de la banque de données de Picasa, j’ai obtenu suffisamment de données pour essayer de développer un plugin pour Lightroom pour faire le travail automatiquement. J’ai alors fait le plongeon et appris rapidement à programmer en Lua pour écrire un plugin pour Lightroom.
Continue Reading…

Comment convertir des Albums Picasa en Collections Lightroom

Picasa icon arrow icon Lightroom icon

Cela fait pas mal de temps que j’utilise Picasa pour trier et classer mes photographies. Bien que je pense toujours que ce soit le logiciel le plus rapide pour gérer des images, il a des limitations et je pensais utiliser plutôt Adobe Lightroom. Ma seule inquiétude avant de faire le pas était qu’il fallait que je sois certain de pouvoir importer dans Lightroom les nombreux albums que j’avais créés dans Picasa pour classer mes photos. Avec plus de 40.000 images et plusieurs milliers d’entre elles classées dans des albums, je ne pouvais pas me permettre de perdre cette information en passant à Lightroom. Un autre problème lié à celui des albums était que j’avais beaucoup d’images “étoilées” dans Picasa et je voulais aussi les transférer. Ni Picasa ni Lightroom ne permettent ce genre de transfert et je ne trouvais pas de solution satisfaisante sur Internet. J’ai donc examiné le problème par moi-même. En disséquant le processus nécessaire en étapes simples, il m’a été beaucoup plus facile de trouver une solution. La suite de cet article décrira ma manière de procéder.
Continue Reading…

Une pièce de rechange bon marché pour mon trépied

Mon trépied Manfrotto 190B m’a toujours suivi partout et dans toutes les conditions depuis de nombreuses années. Il est a présent plutôt cabossé et a même une poignée de sa tête pliée. Mais, jusqu’à présent, aucune pièce n’était manquante. Enfin… jusqu’à mon dernier voyage aux USA.

L’Utah a connu un début octobre 2010 très pluvieux et cela a transformé le sol argileux du parc national de Capitol Reef en profonde boue rouge quand j’y étais.

Le Castle, pendant une inondation flash de la rivière Fremont dans le parc national de Capitol ReefUne chute d'eau apparait au milieu de nulle part après un gros orage dans le parc national de Capitol Reef

Après plusieurs jours de pluie continue et d’orages, j’ai enfin eu une chance de prendre quelques photos sous le soleil mais avec mes pieds (et ceux de mon trépied) dans une boue rouge et profonde. Quelques heures après avoir pris la photographie suivante, j’ai remarqué que l’un des embouts en caoutchouc de mon trépied avait disparu. Il était probablement resté collé dans la boue. Donc si vous trouvez un jour un embout en caoutchouc provenant d’un trépied quelque part le long de la route principale traversant le parc, c’est peut-être le mien. 😉

Le soleil est enfin de retour après plusieurs jours d'orages dans le parc national de Capitol Reef. Cette photographie a été prise le long de la route principale qui traverse le parc.

Cela voulait dire que je me retrouvais avec un trépied avec un pied glissant et instable sur sol dur. Pas l’idéal pour un équipement qui est sensé apporter la stabilité à mon appareil photo. De retour chez moi, j’ai commencé à chercher une pièce de rechange pour ce petit morceau de caoutchouc. En regardant le catalogue Manfrotto, j’ai vite compris que, pour remplacer un embout en caoutchouc, je devrais acheter un set de trois, coûtant au moins 25 Euros. Plutôt cher pour un petit bout de caoutchouc !

Par hasard, j’ai découvert que les embouts des chaises et tabourets avec des pieds en métal étaient très similaires à ce que je recherchais. J’ai facilement trouvé ces embouts de pieds de tabouret dans un magasin de bricolage local (chez Brico, ici en Belgique). Pour 1/10ème du prix de la pièce de rechange officielle Manfrotto, j’avais un set de quatre embouts en caoutchouc. Ils existent en plusieurs diamètres et ceux de 19 mm s’adaptaient parfaitement sur mon trépied. D’autres tailles s’adapteraient sans problème à d’autres diamètres de pied de trépied.
En fait, ils ressemblent étonnamment aux embouts originaux de Manfrotto qui étaient livrés avec mon trépied (voir les images ci-dessous).

L'embout original de mon trépied Manfrotto 190B. Sale, je sais...Et ma pièce de rechange faite maison. Aussi bonne si pas meilleure que l'originale !

Donc, pour ceux d’entre vous qui chercheraient un embout de rechange pour leur trépied (Manfrotto ou autre), ne cherchez pas plus loin que votre magasin de bricolage !

MISE A JOUR : Peu après avoir écrit cet article, j’ai découvert par hasard le site de Manfrotto Spares. Vous pourrez y trouver toutes les pièces détachées pour les trépieds Manfrotto.

Textures dans la neige en noir & blanc

Avec l’hiver 2010-2011 qui touche à sa fin, je voulais montrer quelques dernières images de neige avant que le printemps ne s’installe. Voici quelques images prises cet hiver, toutes sont des conversions en noir et blanc à partir de fichiers RAW.

Textures naturelles dans la neige, près de La Hulpe, BelgiqueTextures naturelles dans la neige, près de La Hulpe, BelgiqueTextures naturelles dans la neige, près de La Hulpe, BelgiqueTextures artificielles dans la neige, créées par les skieurs aux Arcs, France

Les trois premières ont été prises dans un champ pas très loin de l’endroit où j’habite, avec mon reflex digital Canon EOS – rien de spécial jusque là. La dernière, prise pendant mes sports d’hiver aux Arcs (France), est plus particulière : cette photographie a été prise avec mon Canon Powershot A630 (appareil compact digital) et a également été convertie depuis un fichier RAW vers le noir et blanc. Mais attendez un instant ! Beaucoup d’entre vous doivent se dire que je me trompe : un Powershot A630 ne peut pas prendre de photographies en RAW !

En effet, c’est aussi ce que je pensais jusqu’à il y a quelques mois, quand j’ai découvert CHDK (Canon Hack Development Kit), une mise à jour du firmware très puissante et versatile (et gratuite !) pour de nombreux appareils photo compacts digitaux de Canon.
Continue Reading…